FaceRope

Il y a longtemps j'étais maquilleuse, pas par amour des cosmétiques, mais parce que j'ai toujours été interrogée par les figures et leurs reflets dans le miroir. J'ai vite arrêté le maquillage par pudeur. Aussi j'ai vite compris que toucher un visage c'est toucher l'autre, c'est bien plus intime que le sexe. D'ailleurs on s'embrasse sur la joue certes… Mais caresser un visage ? C'est finalement plus rare, ce moment intime avec une personne qui nous est importante. Quelques choses de rare parce que l'on a un instant de préservation envers cette partie de notre visage qui est pourtant, et en continue, à découvert.
J'ai voulu réitérer l'expérience à travers la photo. Le photographe étant mon miroir et les cordes mon maquillage. Je les ai choisi eux, parce que je les trouve humainement beaux, parce que cela me semblait plus simple avec des personnes avec qui j'ai une attraction forte. Cela m'aurait été impossible avec des inconnus, impossible de les toucher même avec des gants de cuir. J'avais besoin de sentir leur confiance, pour poser mes mains sur eux. Des mains qui malgré le fait que je les avais recouvertes d'une seconde peau en cuir noir, sont à la fois dernière barrière de pudeur et objet fantasmagorique et transmetteur entre eux et moi.
Le jute et la ficelle étaient en quelque sorte mon excuse pour extraire leur tête à leur corps, de me les approprier un instant, individuellement ou en couple. Une manière de les sentir de façon érotique, et de vivre discrètement mon fantasme. Les couples c'était plus dur d'interférer, plus délicat. J'avais parfois le sentiment de gêner mais c’était touchant de réaliser qu'il se suffisaient à eux même. Ils se sont tous mis face à face comme pour s'embrasser du coup ça créait une bulle et il était difficile pour mes mains de trouver leur place. Au delà de l'amitié que je leur porte, ils sont aussi tout ce que je trouve beau dans leur humanité, leur couple, leur corps, leur âme.

 Franckie Vega

"A long time ago I was a makeup artist, not out of a love for cosmetics, but because I was always intrigued by faces and their reflections in the mirror. I quickly stopped doing make-up out of decency, because I felt ashamed.  I also realized that touching a face means touching another, it's much more intimate than sex. Of course, we kiss each other on the cheeks... But caressing a face? Finally it’s more rare, this intimate moment with a person who is important to us. Something rare because we have an instant of protection towards our face which is always and continuously uncovered.

 

"I wanted to recreate this experience through photography. The photographer is my mirror and the ropes my makeup. I chose my models because I found them humanly beautiful, because it seemed simpler to touch people with whom I have a strong attraction. This would have been impossible with strangers, impossible to touch them even with leather gloves. I needed to feel their trust before placing my hands on them. Hands that despite the fact that I had covered them with a second skin of black leather, are both the last barrier of modesty and phantasmagoric object, and the transmitter between them and me.

 

"The jute and the string were my excuse to extract their heads from their bodies, to appropriate them for a moment, individually or as a couple. A way of feeling them erotically, and discreetly living my fantasy. With couples it was harder to interfere, more delicate. Sometimes I felt embarrassed, but it was moving to realize that they were enough just by themselves. All came face to face as if to kiss, they were in their bubble and it was difficult for my hands to find their place. Beyond the friendship that I bear them, they are also all that I find beautiful in their humanity, their couple, their body, their soul.”

 

Franckie Vega 

IMG_3100facerope chelsa
IMG_3100facerope chelsa

press to zoom
IMG_2677facerope laeti
IMG_2677facerope laeti

press to zoom
IMG_2207facerope karl
IMG_2207facerope karl

press to zoom
IMG_3100facerope chelsa
IMG_3100facerope chelsa

press to zoom
1/11

FaceRope c’est aussi un atelier dans le quel nous vous initierons aux techniques du bondage japonais sur le visage. Après quelques mots de présentations et une courte démonstration nous vous inviterons à pratiquer pour reproduire ou créer votre propre faceRopes sur le visage de votre partenaire (s).

nous vous invitons à considerer le visage comme une partie sensible du corps à la fois érotique et érogène. Les cordes permettront aux participantEs une approche à la fois ludique et créative du shibari tout en les sensibilisant à l’entièreté de leur visage. Les cordes de jutes seront privilégiées mais nous vous proposerons également d’autres alternatives plus douces, tel que le ruban ou au contraire pour les plus téméraires de la cordes de coco plus rugueuses et agressive.

Nous voulons cette atelier non genré, switch pour celles-ceux qui le souhaitent, en duo ou en trio.

Les participantEs sont invités à immortaliser leur faceRope lors d’un l’atelier Photo en parallèle à l’atelier et de l’exposition présentée

l’ atelier est présenté par:

Franckie Vega : Une jeune femme dynamique pleine de créativité de 33 ans, elle tient le rôle de directrice artistique et se met en scène avec son corps comme moyen d’expression. Elle souhaite montrer sans faux semblants les sexualités les plus diverses.

Amaury Grisel : 42 ans est artist des cordes, photographe et réalisateur il explore le monde et la vie avec son appareil. Dans son travail il milite pour la tolérance et la diversité. Il revendique l’influence de Nan Golding et Nobuyoshi Araki… ​

durée : deux a trois heures suivant le nombre de participants

FaceRope is also a workshop in which we shall introduce you to the techniques of Japanese bondage on the face. After a short presentation and demonstration we shall invite you to practice, to duplicate or create your own faceRopes on the face of your partner(s).

We invite you to consider the face as a sensitive part of the body, at the same time erotic and erogenous. Ropes will allow the participants a playful and creative approach to shibari while discovering the sensitivity of the whole face. Jute ropes will be preferred but we shall also suggest other softer alternatives, such as ribbon, or on the contrary, rougher and more aggressive coconut ropes for the more adventurous.

 

We want this workshop to be gender neutral, switching for those who wish, in duo or in trio. 

The participants are invited to immortalize their faceRope during one of the Photo workshops in parallel to this workshop and the exhibition.

 

FaceRope workshop is presented by:

 

Franckie Vega (33) is a dynamic young woman full of creativity. She holds the role of artistic director and performs on stage using her body as a means of expression. She wishes to show without false pretenses the most diverse sexualities.

 

Amaury Grisel (42) is a photographer and director. He explores the world and life with his camera. In his work he fights for tolerance and diversity. He vindicates the influence of Nan Golding and Nobuyoshi Araki…

 

Duration: 2-3 hours according to the number of participants.

IMG_3760
IMG_3760

press to zoom
IMG_3405
IMG_3405

press to zoom
IMG_3586
IMG_3586

press to zoom
IMG_3760
IMG_3760

press to zoom
1/14